Carrefour dangereux

Il en va des conversions commerciales comme des conversions religieuses. Si elles sont sincères, elles risquent de se transformer en armes de dissuasion massive. Si elles sont tactiques, elles renforcent la conviction de départ.

Se sentant frissonner dans le bas du dos en raison de la montée progressive du bio, de l’équitable, du qualitatif, de la proximité et des relations d’échange simplement humaines, Carrefour entend désormais forcer votre respect.

Bon public par nature, j’ai été attiré par la présence claironnante d’un rayon de fière allure, affichant sans sobriété un panneau qui a titillé mes papilles politisées. Diantre! Rien que des concepts forts, des orientations que j’aime, de la consommation responsable, des délices qui ne réveilleront pas ma mauvaise conscience. Allons-y!

J’excuse d’emblée les fautes d’orthographe. Elle doivent avoir été commises sous le coup de l’émotion des convertis du bon commerce. Je ne regarde pas les prix car pour le bon, le bien et le juste, on ne compte pas. Je repasse devant le panneau en tête de gondole et là, je ne me gondole plus.

Si, sur ces quelques m², «votre achat soutient l’économie locale et permet le respect de prix équitables pour tous», c’est que sur les dizaines d’autres ares du magasin, les produits viennent d’ailleurs et menacent l’économie locale et ne donnent pas de quoi vire décemment aux producteurs.

Si, sur deux gondoles avenantes, «nous respectons le rythme des saisons et de productions (sic) pour vous garantir des produits authentiques issus d’un savoir-faire local», c’est que sur la multitude des autres rayons, on trouve des produits fabriqués en dépit du bon sens, à flux continus, et sans rapport avec les qualités et les capacités régionales.

Si, sur cette île de la qualité, le «circuit court» a été retenu, c’est que sur l’océan qui l’entoure, les milliers d’autres références ont connu des circuits autrement complexes, incompréhensibles, voire incontrôlables.

Didactique, Carrefour va jusqu’à m’expliquer ce qu’est un circuit court. «Une relation directe avec de petites exploitations de taille familiales (sic) situées autour du magasin. Retrouvez vos produits locaux ‘coups de coeur’ directement à la source grâce aux coordonnées présentes sur chaque produit». Traduction: tout le reste vient de l’industrie travaillant off shore dans un anonymat suspect.

Green washing, window dressing, beautiful lies: le Carrefour est dangereux.