Catalogne: un appel à la gauche démocratique

Miro - Women and bird in the night - 1944

La grave crise que vit la Catalogne n’est pas, comme le prétend Jean-Claude Juncker, une affaire intérieure espagnole. Elle concerne l’Europe tout entière. Un groupe de professeurs, issus de diverses universités européennes, y compris d’universités catalanes, ont lancé, le 4 octobre 2017, un appel à la gauche démocratique européenne. Ils soulignent l’impasse dans laquelle les principaux protagonistes politiques précipitent, pour l’instant, les Catalans. Ils mettent en garde contre le nationalisme des uns et des autres. Ils en appellent à la défense de principes démocratiques fondamentaux.
Luc Boltanski (Paris), Axel Honneth (Frankfurt), Jean De Munck (Louvain), Peter Wagner (Barcelona) ont signé cet appel 

Les scènes épouvantables de violence policière qui se sont déroulées le 1er octobre en Catalogne, de même que l’effarant mépris substantiel et procédural de la démocratie qui les a précédées un mois plus tôt au Parlement catalan, nous imposent d’élever une voix collective.

Cette voix relève de la gauche démocratique, non-alignée, d’une gauche dont nous avons longtemps attendu l’expression. Bien que cette voix condamne fermement et sans équivoque la violence autoritaire manifestée par le gouvernement central, elle résiste fermement et démocratiquement au discours nationaliste. Nous refusons d’accepter un choix binaire auquel nous serions forcés. Le pluralisme et le débat ne peuvent être éliminés au nom de la démocratie pour les raisons suivantes :

1) L’Europe a connu suffisamment de guerres nationalistes et suffisamment appris, nous l’espérons, de l’oppression exercée invariablement à l’intérieur comme à l’extérieur du continent, pour être capable de résister aux appels des sirènes nationalistes du XXIème siècle. Déguiser sous des couleurs ethno-nationalistes le rejet de la redistribution de revenus, le mépris de la justice sociale, ainsi que l’effacement des origines et langues diverses sur le territoire catalan, ce n’est pas une solution.

2) Le mouvement catalan pour l’indépendance est, principalement, un mouvement de la classe moyenne dont les leaders, où qu’ils se trouvent dans l’éventail couvert par ses alliances de droite, sont loin d’être opprimés. Leur voix n’est pas subalterne. Elle s’est puissamment fait entendre alors qu’on négligeait, oblitérait et réduisait au silence toutes formes de désaccord, y compris venant de la gauche. Nous ne devrions pas laisser leurs cris étouffer d’autres voix.

3) L’auto-annulation de la démocratie – annoncer la possibilité d’une déclaration unilatérale d’indépendance sans disposer d’une majorité, comme ce fut fait aujourd’hui par le leader du mouvement nationaliste catalan – n’est pas seulement une question de légalité mais de flagrante illégitimité. Quelle que soit la force d’un mouvement, quel que soit son poids, tant qu’il reste une minorité, il n’est pas la majorité. Se moquer des procédures démocratiques n’est pas un jeu gratuit ; cela ne conviendra pas.

Nous écrivons ce texte parce que nous soutenons tous ceux qui défendent les droits civils et politiques, et les mouvements de base qui s’opposent aux progrès du néo-libéralisme en toutes ses formes. Nous ne condamnons pas la désobéissance civile lorsque toutes les possibilités démocratiques ont été épuisées. Nous ne nous opposons pas non plus aux referendums pourvu que les conditions de leur légitimité soient respectées. Mais nous ne sommes pas prêts à accepter ce referendum comme faisant partie d’une lutte démocratique contre l’oppression.

Rejoignez-nous pour élever une voix de gauche, contre l’abus démocratique manifesté tant par le gouvernement catalan que par le gouvernement espagnol.


Nathalie Karagiannis, Peter Wagner, Marie Angueira Cebria, Johann Arnason, Luc Boltanski, Victor Bretòn, Caroline Brew, Selene Camargo Correa, Rebeca Carpi Martín, Gerard Delanty, Jean de Munck, Juan Carlos Gavara de Cara, Lola Diaz, Juan Diez Medrano, Juan Espadas, Arnaud Esquerre, Luisa Fernandez, Marc Fleurbaey, Dan Hausman, Johan Heilbron, Oliver Hochadel, Axel Honneth, Azra Ibrahimovic, Andreas Kalyvas, Yannis Karagiannis, Maxim Khomyakov, Dimitris Leontzakos, Sergio Lledó, Antonis Liakos, Manuel Lisandro Castillo, Eduardo Manzano, Elia Marzal Yetano, Lourdes Mèndez, Wolfgang Merkel, Rommy Morales Olivares, U.B. Morgan, Susana Narotzky, Sergio Nogues, Claus Offe, William Outhwaite, Montserrat Pareja Eastaway, Carlos Pérez González, Ana Pérez Pérez, Rosa Pérez Pérez, Rosa María Pérez Pérez, Angelo Pichierri, Carlos Prieto, José Maria Mateo Rello, Elisa Reis, Stein Ringen, Ana Maria Rodríguez López, Arturo Rodriguez Morató, Εduardo Romanos, Samuel Sadian, Will Shank, Eugenia Siapera, Bo Stråth, Francesco Strazzari, Doris Tarchopulos Sierra, Leonor Valencia, Carlos Valera, Daniela Vicherat Mattar, Daniel Wikler, Myrsini Zorba