Exit Belfius?

Source de l'image: https://www.financite.be/fr/article/belfius-est-nous

Le gouvernement belge est-il en train de préparer le prochain crash financier de l’épargne des Belges ? Après la faillite de Fortis et de Dexia, exit Belfius ? 

Dans sa grande lucidité, notre gouvernement se propose de contacter trois banques américaines (Citigroup, JP Morgan, Merrill Lynch) et le Suisse UBS pour discuter de la mise en bourse d’une partie de Belfius, notre banque nationale.

La mettre en bourse revient à décider librement de vouloir confier ses enfants à un prédateur sexuel. En effet, a-t-on déjà oublié que la crise de 2008 a été déclenchée par le comportement complètement irresponsable et frauduleux des banques américaines ? On peut supposer que le gouvernement, en contactant une banque suisse, se réjouit de favoriser la fuite des capitaux via la fraude fiscale organisée par ce pays. Pourquoi ne pas contacter directement une banque panaméenne pour placer l’épargne des citoyens belges !

Il est évident, qu’avec cette proposition, nous atteignons des sommets d’irrationalité et de stupidité. La banque Belfius rapporte actuellement des millions de bénéfice au pays. Ce n’est donc pas une banque en difficulté. En effet, “Belfius a prévu de distribuer au minimum 247 millions d’euros à l’Etat en 2017. Cela représente un rendement de 6,2% sur la mise initiale, alors que le taux d’intérêt implicite moyen payé sur la dette publique est de 2,5%. Vous viendrait-il à l’idée de liquider un placement aussi rentable? Non.”[1]

Didier Reynders affirme néanmoins que c’est une bonne opération de vendre la banque d’Etat (qui rapporte des millions à l’Etat belge) pour une opération one shot ! On ne peut gérer ainsi un pays à long terme par la vente de tout ce qui est profitable à la collectivité : une triste coutume du MR. Rappelons la brillante idée de céder Electrabel aux Français. Didier Reynders va-t-il vendre sa maison parce qu’elle a pris de la plus-value pour louer un appartement ?

De plus, « des banques belges seront dans un second temps chargées de trouver des investisseurs locaux ». Un tiers de Belfius devrait être coté en Bourse dès le printemps 2018.

Le gouvernement ne va certainement pas tenir compte de la pétition demandant de ne pas privatiser Belfius. Droit qu’il s’arroge à la limite de la légalité, puisqu’il a l’intention de passer par-dessus la tête de nos représentants. Et vont-ils se laisser faire face à un manque d’éthique évident?

Après cette décision destructrice, on peut se demander où l’épargnant belge va pouvoir sécuriser ses économies ? Lui qui souhaitait une banque publique d’intérêt général et accessible à tous. N’est-il pas temps de réagir vigoureusement ?

Godelieve et André Rulmont

 

[1] http://plus.lesoir.be/106874/article/2017-07-28/pourquoi-ne-pas-mettre-belfius-en-bourse