Justice en péril : 3 ans de mise en garde, 3 ans d’inaction !

L'appel de magistrats était visible depuis le ciel cette année. Les centaines de manifestants ont formé les lettres « JUSTICE HELP ! », immortalisées par une photo de drone.

Cela fait trois ans que juges, avocats et greffiers se donnent rendez-vous chaque année à Bruxelles pour protester contre des mesures gouvernementales jugées dévastatrices par le monde judiciaire. En ce 20 mars, ils étaient plusieurs centaines à répondre présents en toge, pancarte à la main, devant le Palais de Justice pour dénoncer les manquements actuels et ses conséquences.

Nous sommes allés à la rencontre de ces professionnels du droit pour comprendre leur cri d’alerte et écouter leurs revendications. Des inquiétudes qui vont de l’indépendance des juges remise en question, à l’inaccessibilité de la justice pour les plus démunis en passant par l’inefficacité générale des tribunaux.

Manuela Cadelli, présidente de l’Association Syndicale des Magistrats :

« Onze mille dossiers en attente devant la cour d’appel de Bruxelles, 67 lieux d’audience supprimés, 25% d’avocats en moins au niveau de l’aide légale… On est à 85% des effectifs, depuis quatre ans la loi est violée ! »

Vincent Macq, procureur du Roi à Namur : 

« Aujourd’hui les dialogues qu’on essaie d’avoir avec le politique, l’exécutif ou le législatif, sont le plus souvent des dialogues de sourds. On nous reçoit en général assez poliment mais on voit que rien ne change. » 

Vous avez lu 25% de cet article.
L'accès à la totalité de ce contenu est réservé à nos abonnés.

Abonnez-vous à partir de 5€ par mois et soutenez un média libre et indépendant
ou identifiez-vous pour accéder à la totalité de ce contenu.