Au Carrefour des grèves, fusions, et autres licenciements

Comme Emmanuel Wathelet le pressentait dans sa dernière revue de presse, c’est bien le cas de Carrefour qui anime l’actualité des organisations cette fois-ci : licenciements, fusions, conflits d’intérêts de ministres, questions sociétales…tout y est.

C’est donc le chapitre « licenciements collectifs » par lequel on commence. D’abord, factuellement : le groupe Carrefour supprime 1233 emplois en Belgique, 2400 en France. Voilà. À nous maintenant de bien nous représenter la réalité humaine derrière le chiffre.

Le caractère odieux d’une telle décision ne tient pas seulement dans la quantité (dont la cause demeure un système et non la « méchanceté » supposée de la Direction, fût-elle « étrangère »). Il y a mieux : Sabine Laruelle, membre du cabinet du ministre wallon de l’économie est aussi…administratrice chez Carrefour ! Ce qui repose une énième fois la question des « revolving doors » (pantouflage), c’est-à-dire des collusions d’intérêts entre les pouvoirs publics et le privé et le fait que ces hommes et femmes passent sans difficulté de l’un à l’autre – voire même en préparant ici ce qu’ils feront là-bas. Carrefour qui annonce aussi une prise de capital des chinois Tencent et Yonghui dans le groupe. Tout cela au moment où Ahold Delhaize annonce un chiffre d’affaires annuel en hausse de 26%. Eh oui, le capitalisme suppose des perdants et des gagnants. Tout cela au moment où Amazon Go ouvre son supermarché du futur, sans caisses, donc avec peu de personnel.

Mais Carrefour n’est pas le seul à virer du monde et à entamer des fusions. Roularta cherche à racheter les titres féminins de Sanoma qui, de son côté, va licencier 96 personnes ! Là encore, tous les ingrédients sont réunis, comme je l’explique dans mes articles « comprendre les fusions d’entreprises » : fusion égale licenciements, l’équation est inéluctable. La seule variable concerne le temps et la quantité…

Les grands magasins

Sinon, l’info de la semaine est sans aucun doute celle relayée par le journal « Le Soir » : la chaîne de fast-food US « Five guys » va ouvrir un resteau à Anvers ! C’est trop cool, non ? Si vous voulez voir à quoi ressemble un article publicitaire journalistique qui a vraiment dû plaire au service marketing de ladite entreprise, lisez-le ici, ça vaut le détour.

Fusions / acquisitions / OPA / vente de départements / etc.

Bpost (Belgique) rachète Leen Menken Food, spécialisée dans l’e-commerce, après le rachat de Radial quelques semaines plus tôt. Pour une fois, le titre du journal Le Soir parle explicitement : « Bpost, poursuivre son expansion pour éviter d’être une proie ». Si ce titre vous interpelle, vous pouvez toujours lire ces articles très éclairants. Réponse du rachat par Kinepolis de cinémas aux Pays-Bas la semaine passée, c’est aujourd’hui les Néerlandais qui rachètent le Woluwé Shopping Center. Ils investissent donc à long terme dans les possibilités commerciales de l’Urbex, façon « futur » chancre abandonné.

Alors que TUIfly recrute en Belgique et que Lufthansa n’en finit plus de grossir sur les cendres d’Air Berlin, Air France-KLM (née d’une précédente fusion), avec Easyjet, cherche à reprendre Alitalia. Oui, je confirme que ça ressemble à un scénario d’un opéra de Verdi, l’esthétique en moins. Amazon confirme sa place dans le secteur de la distribution, en 4ème place du top 10 mondial, bientôt deuxième, après avoir « mangé » récemment Wholefood.

Bacardi rachète Tequila Patron pour 5.1 milliards de $, le groupe français Sanofi rachète l’US Bioverativ pour 11.6 milliards de $ mais ne convainc pas la bourse puisque le titre chute de 3%. Nestlé vend ses activités de confiserie à Ferrero qui grossit, grossit après l’achat récent de Ferrara en octobre. Comme je le rappelle souvent dans ces cas-là, il s’agit pour deux grosses entreprises de supprimer la concurrence qui les lie. Il est à parier que, du coup, Nestlé va « renforcer » les départements qu’elle garde par d’autres achats.

Travail

Le bras de fer entre les coursiers Deliveroo et la Direction continue. Les cyclistes de la pourtant si belle « économie collaborative » (ils viennent d’avoir leur agrément) promettent une grève « au finish ». Sont jamais contents. Il doit s’agir de la jeunesse gâtée (donc forcément gâteuse, réac’ et qui ne comprend pas pourquoi c’est si magnifique de se faire exploiter dans la si magnifique startup nation). Entre-temps, les chiffres de Deliveroo continuent de grimper – ce qui me fait une nouvelle fois dire, après l’avoir exprimé avec Ryanair, que les Bad Buzz ont finalement très peu d’impact sur la viabilité d’une entreprise, n’en déplaisent aux marketeux qui pensent que « l’image d’une entreprise » est un concept sensé. Pour une déconstruction intello mais intéressante de ce concept, voir l’article de Le Moenne.

Oxfam et achACT ont manifesté devant le Primark de Bruxelles pour dénoncer le manque de transparence dans le secteur du textile. Comprenez : y’a des esclaves, femmes et enfants, maltraités pour nous vêtir et ce serait bien qu’on y pense quand on achète un      t-shirt à cinq balles.

<bonnes nouvelles ON>

Et, tant qu’on y est, on peut se demander si faire la grève a encore du sens. Eh bien, allez demander aux éboueurs de Veolia ou aux étudiants de Brighton, victorieux comme le relate le journal « des bonnes nouvelles ». Ils vous diront que, sans aucun doute, la grève est le moyen de lutte par excellence (et ajouteront, peut-être, que le dernier acquis social en France date de…1998 !) Auquel il faudra peut-être ajouter l’occupation, comme avec les ZAD (zones à défendre), puisqu’on vient d’apprendre que le projet anti-écologique d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été officiellement abandonné.

<\bonnes nouvelles OFF>

Divers

L’affaire Lactalis, le lait pour nourrissons gonflé à la salmonellose. 83 pays concernés, 12 millions de boîtes. Olé. Condamnation du lanceur d’alerte de Luxleaks annulée en cassation. En Belgique, alors que le pacte énergétique prévoit la sortie du nucléaire en 2025, le gouvernement prévoit aussi la construction d’une nouvelle centrale pour 2040. Ce gouvernement fait mieux que Chuck Norris : il dément le principe de non-contradiction en une seule mesure, être et ne pas être en même temps. On rit, on pleure ? On fait quoi ?

140 millions d’€ avaient été également dépensés pour de nouveaux hélicoptères de combat (nécessaires pour aller botter les fesses de méchants dictateurs je suppose). Le problème ? Ils sont défectueux et restent au sol. Normal, quoi. Au même moment, on apprend que ce sont les États-Uniens de Lockheed Martin Corp qui auraient gagné le marché public sur le remplacement des F-16 (la saga de ces derniers mois). L’État belge débourserait 6.53 milliards d’€ pour ça, soit près de deux fois plus que ce qui était prévu ! C’est aussi plus que ce que débourse l’Onem pour les allocations de chômage… Chacun pourra mesurer l’ignominie d’une telle dépense dont l’objectif est de semer la mort.

Dans la série « on se fout de nous », la dernière mise à jour de l’Iphone le re-ralentit ! Et la mise à jour des moteurs Volkswagen suite au Dieselgate les fait perdre en performance. À zéro je roucoule, 3-2-1, zé-rrrrrrrooouuu !

130 Belges se sont « fiscalement » évadés à Monaco tandis que l’Union Européenne s’apprête à enlever 7 pays de la liste des paradis fiscaux – dont le Panama (le même que celui des Panama Papers !) Bah oui, faut pas fâcher les amis. Je suppose que là non plus, ce n’est pas de la fraude mais de « l’optimisation ». Ou de la « real politic » comme ils aiment dire…

Coca-Cola sort « Fuze tea ». C’est quoi ? J’en sais rien, je m’en fiche et je leur ferai pas de pub, en fait. Sauf que c’est un bel exemple d’une entreprise qui se diversifie au maximum pour être présent sur tous les marchés, ici de la boisson fraîche et sodas. Rappelez-vous : l’eau de Chaudfontaine, c’est aussi Coca-Cola !

Pendant ce temps, Google persiste et signe dans sa censure des sites de gauche. Le Blog du radis n’apparaîtra vraisemblablement jamais dans Google news puisque même des journalistes aussi prestigieux que Chris Hedges (prix Pulitzer) y sont désormais non grata. Dans le même genre, Facebook a accédé à toutes les demandes d’Israël pour supprimer les comptes d’opposants palestiniens…

Maintenant que vous savez tout, vous pouvez reprendre une activité normale, à coup de lunettes noires, de boules Quies et de téléréalité.

Emmanuel Wathelet
Article repris de l’excellent blog du radis