Plaintes citoyennes pour défaut de sûreté des installations nucléaires

Image illustrative: Centrale nucleaire Saint-Laurent-des-Eaux

Le samedi 21 avril 2018 à 14 heures, des citoyens belges, hollandais et allemands déposeront des plaintes individuelles contre l’État belge, l’AFCN et Electrabel dans les commissariats de police de trois villes belges. Les citoyens francophones se rendront à l’Hôtel de police de Namur, les néerlandophones à Tongres et les germanophones à Eupen.
Voici les informations pratiques pour participer, vous aussi, au dépôt des plaintes.

La triste expérience des catastrophes de Fukushima et Tchernobyl a montré qu’habiter à plus de 100 kilomètres d’un réacteur accidenté ne suffit pas pour être à l’abri d’une forte contamination radioactive.

Les réacteurs nucléaires belges ont été conçus pour fonctionner 30 ans. Aujourd’hui ils ont tous dépassé cette limite et trois d’entre eux ont même dépassé les 40 ans. Pendant toute cette durée de fonctionnement, l’acier des cuves des réacteurs a subi des sollicitations mécaniques, thermiques et surtout un intense bombardement de neutrons qui l’a incontestablement fragilisé. Comme si cela ne suffisait pas, deux de ces réacteurs, Doel 3 et Tihange 2, ont des cuves qui présentent des milliers de fissures, ce qui présente des « risques inacceptables » selon Walter Bogaerts, l’ancien directeur de Belgoprocess et professeur à l’université de Gent et de Leuven, dans un article de presse publié le 4 septembre 2017.

À ces carences dans la sûreté nucléaire s’ajoutent celles de la sécurité des instal­lations nucléaires. Les centrales nucléaires ont été construites à une époque où les menaces d’attentats étaient inexistantes, bien avant ceux du 11 septembre 2001. Il est un fait que certaines parties sensibles des centrales, en particulier les piscines de stockage des combus­tibles, ne bénéficient d’aucune protection adéquate. Même le réacteur lui-même et son bâtiment ne résisteraient pas à certains types d’attaque.

Un acte de malveillance pourrait dès lors facilement mettre hors d’état ces parties sensibles ou le réacteur lui-même avec pour conséquence un scénario accidentel grave conduisant à des rejets massifs de radioactivité. Un tel acte pourrait aussi venir de l’intérieur comme démontré le 5 août 2014 par le sabotage du réacteur Doel 4, jamais élucidé.

Dans ces conditions, garder en service ces réacteurs nucléaires augmente très fortement la probabilité d’un accident nucléaire majeur.

L’État, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et l’opérateur Engie-Electrabel ont l’obligation d’assurer la sûreté et la sécurité des centrales nucléaires mais ils ne respectent pas cette obligation.

Considérant ces graves défauts de sûreté et de sécurité ainsi que la situation de danger dans laquelle se trouvent ces citoyens, ceux-ci déposeront plainte contre le Ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, le directeur de l’AFCN et l’opérateur Engie-Electrabel pour abstention de porter secours à autrui et non assistance à personne en danger (articles 422bis à 422quater du Code pénal) et, plus généralement, défaut d’appli­cation du principe de précaution ainsi qu’abstention caractérisée constituant un acte de participation à des actions attentatoire à la sécurité des personnes.

Fin du Nucléaire & Réveil antinucléaire

Bouli Lanners
Francis Leboutte
www.findunucleaire.be
info@findunucleaire.be

84% des femmes enceintes ont une pathologie. C’est pourquoi la naissance d’un enfant en parfaite santé est un événement rare.
Docteur Raisa Misura, directeur de l’hôpital central de Stoline, dans le bulletin de janvier 2008 du bureau biélorusse de l’ONU.
La ville de Stoline se trouve au Belarus, à 240 km au nord-ouest de Tchernobyl.